Kenneth Faried revient sur sa fin d'aventure avec les Nuggets : "Les coaches n'ont pas cru en moi"
*
Connect with us

Actualités

Kenneth Faried revient sur sa fin d’aventure avec les Nuggets : « Les coaches n’ont pas cru en moi »

netsdaily.com

Kenneth Faried est longuement revenu sur son aventure avec les Nuggets et le peu de considération que ces derniers lui ont montré lui reste en travers de la gorge.

Kenneth Faried revit depuis son arrivé chez les Rockets. Avec la blessure de Clint Capela, sa venue a fait énormément de bien à la formation Texane et l’intérieur de 29 ans a prouvé qu’il pouvait être utile chez un candidat au titre. Toujours considéré comme un joueur athlétique, d’impact en défense et excellent au rebond, le Manimal ne comprend pas pourquoi les Nuggets ont précipité son départ chez les Nets :

« Pour être honnête, ça m’a fait l’effet d’une gifle. Tout le travail effectué et le temps consacré. C’était un peu comme Isaiah Thomas avec les Celtics. […]Pour moi c’était « hey, je me suis blessé au dos une saison et j’essaie de me battre pour m’en sortir ». Et nous voulons toujours aller en playoffs mais ça ne s’est pas fait. Ils m’ont laissé guérir et à la fin de la saison, ils sont venus aux nouvelles, j’avais une déchirure au muscle glutéal (fessiers). Ils se sont dit : « Tu as une déchirure et ç’a l’air grave » en parlant d’opération et tout ça. »

Blessé Kenneth Faried a vu ses coéquipiers chuter une nouvelle fois aux portes des Playoffs. Prêt à retourner sur les parquets avec sa franchise de toujours et retrouver les joies de la post-season, les Nuggets ont préféré faire appel au vétéran Paul Millsap. Une décision pas franchement au goût du néo Rocket. Surtout que l’intéressé a éviter l’opération et tout fait pour être à 100% :

« Je n’ai pas fait l’opération. J’ai fait beaucoup de réeducation. C’était comme : « Hey Denver, j’ai fait de la réeducation, j’ai travaillé tout l’été et je suis enfin prêt ». Ils ont tout simplement répondu : « non, on en a rien à faire, on a signé Millsap ». C’est à ce moment que Jokic est arrivé, qu’ils ont essayé de le faire jouer avec Nurkic. Et moi j’étais là : « Je suis toujours là, Je suis toujours un poste 4, est ce que vous pouvez me donner ma chance ? ». Je voulais prouver qu’ils avaient tord. Je ne me suis pas effondré. J’ai continué à bosser. Mais je n’ai pas eu d’opportunité. Les coaches n’ont juste pas cru en moi. Et maintenant tout le monde est surpris de mes performances. De ce nouveau moi. Non j’ai toujours été ce gars là, je suis arrivé dans une situation où le staff croit en moi »

Effectivement, le Manimal se retrouve désormais dans une situation qui lui sied bien malgré un temps de jeu en baisse ces derniers temps. A l’inverse de Mike Malone, D’Antoni a cru en lui, et Faried lui a formidablement rendu cette confiance. Faried a été précieux en l’absence de Clint Capela pour permettre aux Rockets de se placer sur le podium à l’Ouest. En 21 matchs avec Houston, le N°35 tourne à 13.6 points à 59.3% aux tirs et 8.3 rebonds pour 25 minutes de temps de jeu.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods




More in Actualités