*
Connect with us

Actualités

Jimmy Butler n’est même plus étonné de perdre et demande à Bam Adebayo de se réveiller : « Ce n’est pas frustrant parce que nous le faisons si souvent »

source image : ESPN

La chaleur dégagée par cette fraiche équipe de Miami l’an dernier tarde à revenir. Encore un match catastrophique du Heat face à la franchise d’Anthony Edwards (119-111), et ça n’étonne plus Jimmy Butler aussi lucide que bon sur le parquet. 3 défaites consécutives et l’un des pires bilans sur les 15 derniers matchs, rien ne va plus pour Erik Spoelstra qui doit en plus faire sans Victor Oladipo qui devrait rejouer lors des phases finales.

Jimmy Butler qui n’avait pas pris la parole face aux médias ces derniers temps, a utilisé des mots forts et fait preuve d’une lucidité clairvoyante, alors que le Heat n’y arrive plus, des séries en dents de scie, soit de nombreuses victoires ou soit de nombreuses défaites, il n’est même plus surpris. L’équipe ne tient plus les scores et ne parvient encore moins à prendre des rebonds, un grand handicap lorsque vous jouez dans la grande ligue. Jimmy Butler a laissé parler son aberration vis-à-vis de l’attitude de ses coéquipiers :

« Ce n’est pas frustrant parce que nous le faisons si souvent » a t’il déclaré à propos des défaites fréquentes, avant de continuer « Je suis content que cela nous soit arrivé », à propos de la défaite face aux Timberwolves. « Et si nous ne changeons pas, j’espère que cela continuera à nous arriver. » « Nous sommes juste softs. C’est tout », a déclaré Butler. « Ne pas se rentrer dedans. Être doux dans son ensemble. »

Il peste notamment à l’encontre de Bam Adebayo véritablement transparent en ce moment, 8 shoots tentés face aux Timberwolves, trop peu en vue de son gabarit et son aisance dans la raquette, le All-Star 2020 qui a signé une prolongation de 163 millions de dollars sur cinq ans à compter de la saison prochaine :

« Je veux que Bam attaque la raquette parce que personne ne peut rester devant lui », a déclaré Butler. « Personne ne peut rester devant lui. Allez-y. Vous allez être victime d’une faute ou vous allez vous faire dunker. C’est cool. J’aime le voir shooter à mi-distance, mais il laisse les gens s’en tirer. Joue un jeu de bully-ball, j’aime le bully-ball. »

Le Heat qui a glissé à la 7ème place (28 victoires et 28 défaites) synonyme de play-in, ne peut se satisfaire de ces performances, surtout en étant finaliste sortant. Si Bam Adebayo justifiait-il y quelque mois cette saison compliquée par un manque de préparation, la franchise a bénéficié de seulement 2 mois de repos pour redescendre du nuage NBA finals, aujourd’hui la situation ne s’arrange pas, et pire les défaites s’enchainent au plus mauvais moment.

Une situation à laquelle on ne s’attendait pas, mais bon, Miami est comme l’équipe de Lyon au Football, irrégularité constante mais une résilience lorsqu’ils sont dos au mur. Il faut absolument éviter les play-in qui inflige une grosse charge de fatigue comparée aux qualifiés directs, la prise de conscience collective ne peut qu’aider la franchise, le sprint final est lancé en Floride ! Comme on dit « après la tempêtes vient le beau temps » surtout à Miami !

2 Comments

2 Comments

  1. Pingback: Bam Adebayo est un assassin : l'intérieur plie le match au buzzer face aux Nets !

  2. Pingback: La déclaration de la nuit : Bam Adebayo assure que Jimmy Butler n'a mis aucun coup de pression à l'équipe

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

Le tweet de la semaine

More in Actualités