Connect with us

Actualités

James Harden jouera (vraiment) tout seul : John Wall, Eric Gordon et Boogie out

Source photo : USA Today

Parmi le programme du soir, James Harden et les Rockets se déplacent chez Damian Lillard et les Blazers. Mais la franchise jouera avec seulement neuf joueurs étant donné que six joueurs sont forfaits à cause du virus. 

A Houston, le nombre de problèmes augmente chaque jour. Suite au report de leur première rencontre contre le Thunder, à cause du Covid-19, les Rockets vont entamer leur saison ce soir contre Portland…mais la franchise sera lourdement diminuée, toujours à cause du virus car elle voyage dans l’Oregon avec seulement neuf joueurs, en sachant que l’équipe doit se déplacer au minimum à huit pour pouvoir disputer une rencontre.  Du coup, ça passe pour James Harden qui va retrouver les terrains après avoir fait un virement de 50 000 dollars à la ligue. Mais en revanche, John Wall, Eric Gordon, DeMarcus Cousins et Mason Jones sont obligés de rester dans le Texas afin de respecter le protocole sanitaire mis en place tandis que Ben McLemore et Kenyon Martin Jr ont été testés positifs cette semaine.

C’est vrai, nous avions l’habitude de voir un James Harden en solo pendant 48 minutes, mais ce soir, il va…devoir le faire si les Rockets veulent avoir une chance de l’emporter. En effet, les trois meilleurs joueurs (si on enlève The Beard) sont absents, et d’ailleurs, c’est dommage de ne pas voir l’équipe au complet ainsi que les débuts retardés du duo John Wall – DeMarcus Cousins. Nous avions aussi une petite pensée pour Stephen Silas qui va connaître une première mémorable. Si Steve Nash a eu le droit a un beau blowout et de belles séquences offensives pour ses débuts, le coach des Rockets devra composer sans trois de ses quatre meilleurs joueurs, avec une rotation diminuée et un barbu qui boude. Disons qu’on a connu meilleur contexte.

Quand rien ne va, rien ne va. Outre ce qu’il se passe en dehors des terrains, les Rockets et le coach Stephen Silas vont devoir se débrouiller avec neuf joueurs dont un homme qui n’a pas envie d’être là…et d’autres qui n’ont pas forcément le niveau pour jouer (sans leur manquer de respect). 

Le symbole du « c’était mieux avant » : Steve Kerr et Stephen Curry dépités par les choix de Kelly Oubre Jr

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods





Suivez nous sur Instagram

Interview The Daily Dunk




More in Actualités