*
Connect with us

Actualités

Monty Williams ne pouvait pas dire non : Chris Paul a supplié son coach de jouer le match 4

Source image : Associated Press

Chris Paul vit un début de série compliqué face aux Lakers, notamment dû à son épaule plus que douloureuse. Malgré tout, le meneur se débat et demande à son coach d’être sur le terrain, sa motivation étant bien supérieure à la douleur.

Chris Paul est le leader, le général de cette équipe de Phoenix. Un statut acquis dès le début de la saison, où il a pris en main tout l’effectif pour l’amener vers des sommets pas encore effleurés par les Suns depuis l’époque Steve Nash – Amar’e Stoudemire. Un rôle de vétéran qu’il prend très a coeur, alors quand au game 1 le meneur se blesse à l’épaule suite à une mauvaise chute, il est hors de question de laisser ses coéquipiers sur le côté.

Résultat sur les deux matchs qui suivent ? On a un Chris Paul plus que diminué, ayant des difficultés à enchainer quoi que ce soit, qui n’est que l’ombre de lui-même, et dont la présence fait presque peine à voir sur le parquet tant il est en délicatesse avec son épaule. La solution pointée à la fin du game 3 par de nombreux spécialistes ? Soit laisser Chris Paul sortir du banc, soit ne pas du tout le faire jouer du game 4, pour lui laisser le temps de reposer son épaule avant le retour à Phoenix. Un scénario impensable pour le meneur, qui a supplié son coach, Monty Williams, de lui laisser commencer le match 4. Des propos rapportés par le coach lors de la conférence de presse d’après-match.

« Il m’a dit « Coach, laissez-moi starter, et si vous pensez que je ne joue pas comme je le fais normalement, alors sortez-moi et on ira dans une autre direction ». C’est une de ces situations où je dois faire confiance à mon joueur. »

Une bonne décision pour les Suns, qui vont emporter le match 100-92 avec un excellent CP3. 18 points (meilleur scoreur de Phoenix), 9 passes et 3 rebonds en 32 minutes, avec une impression visuelle bien plus convaincante que sur les matchs précédents, cela fait plaisir de revoir le meneur a son meilleur niveau. Un niveau qu’il se devra de conserver si les Suns veulent garder leur chance d’aller au second tour, et de réussir l’exploit de sortir les Lakers, pourtant champions en titre et en course pour un back-to-back.

Chris Paul démontre à son coach et aux spectateurs qu’il est de plus en plus à 100%, au meilleur des moments. Un retour magnifique quand la série était en train de partir vers Los Angeles. Le sauveur de l’Arizona s’appelle Chris Paul, retenez bien son nom.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités