*
Connect with us

Actualités

Ben Simmons n’est pas tendre avec son équipe : « Nous étions softs »

Le meneur de Philadelphie n’était pas à son vrai niveau, tout comme son équipe. Mais en tant que meneur, c’est justement à lui de prendre ses responsabilités, ce qu’il n’a pas vraiment fait en conférence de presse. Employant plutôt le terme « nous » que « je ». Ben Simmons a beau être un très bon joueur, il faut parfois se regarder dans une glace et même s’il est loin d’être le seul fautif, les leaders doivent se montrer dans ce genre de moment. Le 3 points de Jimmy Butler, où il a environ le temps de regarder le bande annonce du dernier fast and furious, est assez révélateur de la défense de Simmons. Car oui, c’est bien le numéro 25 qui était en défense sur Jimmy Butler à ce moment précis. Un exemple parmi tant d’autres et de plus en plus présent lors des rencontres à l’extérieur. Opposé à Boston, le topo fut le même et encore une fois, ce match était loin de leurs bases. Miami a d’ailleurs tapé un record de franchise, en ne perdant que 3 petits ballons, symbole de la non défense absolue des hommes de Brett Brown. L’interview d’après match piquait :

« Soft c’est juste ne pas se faire intimider, se battre sur les écrans. Si tu veux mettre quelqu’un KO, mettez le KO. Si tu veux frapper quelqu’un au visage, faites le pour faire être en sorte d’être sur qu’il ne marque pas. 

Nous étions softs. »

Pas vraiment une grande sagesse dans ses paroles. Les matchs à venir ne sont pas vraiment faciles hormis Chicago : Bucks, Grizzlies, Clippers, Nets et encore Bucks. Heureusement pour eux, le roadtrip est terminé et il n’y aura que 2 matchs à l’extérieur sur les 6 en totalité. On espère voir un Joel Embiid dominateur à l’intérieur et un Ben Simmons bien plus impactant dans son jeu et surtout avec la rage de vaincre d’une équipe entière en défense. Cette équipe a un véritable problème mental. Les grandes équipes jouent avec le couteau entre les dents, se préparent comme si elles jouaient le titre à chaque rencontre, ce qui n’est absolument pas le cas de Philadelphie, relégué logiquement au statut d’équipe « normale ».

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités