Connect with us

Actualités

Boston a répondu à l’adversité : Jaylen Brown montre la voie, il vaut mieux pas être cardiaque avec les Celtics

Les Celtics sont venus avec le couteau entre les dents et hormis leur fin de match, ils peuvent être fiers de leur rencontre. Miami a déçu ou du moins devrait-on dire Jimmy Butler et Goran Dragic. Ce sont les stars qui n’ont pas été à la hauteur, en plus d’une partie du banc aujourd’hui et le sentiment d’urgence était présent dans un camp mais pas dans l’autre. Boston revient à 2 à 1 dans la série !

Boston n’avait pas le choix, il fallait gagner, surtout quand on repense à « l’embrouille » dans le vestiaire. Le mindset était l’agressivité et des deux côtés du terrain, les Celtics ont assumé. Marcus Smart est mis au marquage sur Goran Dragic, pour ne pas le laisser respirer et cela a marché, le malheureux n’a inscrit que 11 points. Jaylen Brown et Jayson Tatum n’hésitent pas à attaquer Duncan Robinson, pas vraiment le plus grand défenseur à Miami. Avec l’aide de Kemba de Walker, qui a vraiment retrouvé son adresse depuis le dernier match, les siens sont sur la bonne voie, surtout que Gordon Hayward a fait son retour. Le joueur est là pour faire son boulot et bien, malgré un mois d’absence bien qu’on sent qu’il a besoin d’un masque à oxygène. Shoot, passe, Brad Stevens le qualifie de catalyseur de son équipe et ce n’est pas pour rien.

Tyler Herro n’est pas un rookie comme les autres et le prouve. On va avoir droit à un coup de chaud de ce dernier, qui plante 3 paniers à 3 points en 3 minutes !! Il ne ratera pratiquement rien dans le 2ème quart-temps et heureusement, puisque leurs adversaires prennent l’ascendant. Jaylen Brown et Jayson Tatum sont enragés. Brad Stevens a enfin compris que Brown était meilleur que Smart offensivement et le numéro 7 de Boston est bien plus mis en avant par les systèmes de son coach, pour preuve avec ses 17 points, bien que la mi-temps n’ait pas sonné. Jimmy Butler et Goran Dragic se font croquer et Miami ne peut ainsi mener dans ces conditions mais par miracle, il n’y a que 13 points après deux quart-temps.

Daniel Theis va obtenir sa 4ème faute et c’est peut être mal pour un bien. Grant Williams fait son entrée et comme si souvent durant ces playoffs, il est très efficace durant des courts runs. Bam Adebayo est le seul à exister ou presque dans ce quart-temps. Sans lui, l’écart aurait dépassé les 20 points surtout que Jimmy Butler pense plus à l’arbitre, que mettre ses paniers. Il y aura tout de même un petit momentum, d’un Goran Dragic retrouvé pendant un court instant. Les fans pensent avoir un match sous les yeux mais l’apport de Olynyk et Nunn est catastrophique. En un rien de temps, Jayson Tatum permet de refaire un écart et à +18 points, tout semble aller vers une victoire facile et pourtant…

Boston commence par un 2/2 à 3 points et pourtant, Jimmy Butler va se réveiller, même si c’est bien trop tard. Les Celtics se craquent complètement et pire que d’être maladroits, ils arrêtent de jouer. Bam Adebayo et Duncan Robinson en profitent et prennent feu chacun à leur tour, l’écart s’amincit de plus en plus. Kemba Walker a beau crié sur ses jeunes joueurs, la rigueur n’est plus présente. Jayson Tatum oublie de défendre, Marcus Smart balance des alley-oops en début de possession et Jaylen Brown commet même une faute flagrante dans l’avant dernière minute. Le Heat arrivera à revenir à deux possessions mais les Celtics arriveront à clore la rencontre dans les dernières secondes et on a envie de dire heureusement, ils auraient pu passer à côté d’un drame.

Marcus Smart termine à 20 points dont 6 lancers clutchs, 26 points de Jaylen Brown, 21 points de Kemba Walker et 25 points de Jayson Tatum. Gordon Hayward a fait un solide retour, malgré un mois d’absence mais s’il n’en fallait choisir qu’un, c’est Jaylen Brown. Outre sa boulette en fin de match, il a enfin été mis dans les schémas offensifs, au détriment de Marcus Smart. Il a donné le ton en attaque, en détruisant la raquette à petite feu, c’est ce qu’il sait faire de mieux comme il l’a annoncé en conférence de presse. Toujours aussi solide en défense, il faudra réitérer ce genre de performance… Mais sur 48 minutes et non 40.

 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Portrait il était une fois : Kristen Ledlow…

Résultat de recherche d'images pour "kristen ledlow young"













More in Actualités