*
Connect with us

Actualités

Tyler Herro dévoile son GOAT offensif à son poste

Source photo : Players Tribune

À quelques jours du retour de la NBA, il semble que certains n’aient pas eu le temps de bien se reposer l’esprit. En pleine bourre après d’énormes playoffs, Tyler Herro s’est fendu d’une appréciation plus que discutable à propos du meilleur scoreur à son poste. Un peu d’Histoire ne ferait pas de mal…

J-5 avant le retour du Heat sur les parquets. Il ne s’agit que de pré-saison certes mais face à des New Orleans d’un Zion Williamson en forme olympique, les hommes d’Erik Spoelstra rentreront immédiatement dans le bain après seulement 2 gros mois de off-season. En effet, le Heat sort d’une campagne de playoffs absolument fantastique. Sortant les Bucks de Giannis, grands favoris à l’Est, puis des Celtics au collectif si bien huilé, Miami n’a rien pu faire face au monstre à deux têtes de Los Angeles (et non pas les Clippers). Emmené par un Jimmy Butler en rédemption et un Bam Adebayo All-Star, certains jeunes ont émergé dans le système Spoelstra. Ce fut le cas de Tyler Herro. Après une saison régulière plus qu’encourageante, l’ancien de Kentucky a surpassé les attentes en endossant sa cape de « Herro » pour épauler Jimmy Butler notamment. En effet, avec 16.0 points à 43% au tir dont 37.5 à 3-points, 5.1 rebonds et 3.7 passes décisives, le rookie en a bluffé plus d’un. Devenant le plus jeune joueur de l’histoire à intégrer le 5 majeur en Finals, Herro s’est même accaparé le record de matchs consécutifs (20) à plus de 10 points en playoffs pour un rookie qui appartenait jusque-là à Alvan Adams (19 matchs en 1976 avec les Phoenix Suns). Passant de gros noms tels que Elgin Baylor ou… Jayson Tatum (LeBron doit bien s’en souvenir), Tyler Herro s’est installé, en l’espace d’une seule saison, comme l’une des pièces maitresses de l’avenir du Heat. On se rappelle tous de sa performance dantesque au Game 4 des finales de conférence face aux Celtics où le jeune arrière planta la bagatelle de 37 points (record en carrière).

Avec une saison rookie d’une telle ampleur il est certain que beaucoup d’espoirs peuvent être placés en lui. Mais comme tous les autres joueurs de la ligue, cet exercice 2019-2020 ne fut pas comme les autres. Marqué par l’arrêt dû à cette pandémie du COVID qui frappe le monde depuis maintenant des mois et des mois, la NBA a été dans le flou pendant près de 3 mois, le temps d’organiser cette bulle à Disneyland qui fut une réelle réussite. Pendant ce hiatus, comme il l’a confessé dans une interview dans « The Players Tribune », Tyler Herro a profité de ce temps pour aller voir ce qui se fait de mieux à son poste.

Grosse dédicace au League Pass. Une chose que les gens oublient, c’est que j’étais déjà en pause à cause d’une blessure à la cheville, au moment où le COVID a frappé. Et le simple fait d’être coincé à la maison, de ne pas voyager avec l’équipe et tout ça… Mec, je détestais être loin du match. J’ai donc commencé à regarder un tas de matchs pour avoir ma dose de basket.

Et c’est drôle, parce que j’allumais la télé et dans ma tête, je me disais : « C’est l’heure du match, il suffit de se détendre et de regarder un match ou deux. Vous savez, me détendre quelques heures, voir ce qui se passe dans la ligue. Mais ce n’est pas comme ça que je fonctionne. Je suis fait pour la compétition, même quand je suis sur le canapé avec une attelle. Je pourrais donc commencer par « surfer sur le League Pass » ou n’importe quoi d’autre mais très vite, j’ai dû me concentrer sur quelques joueurs spécifiques que j’aime étudier.

Par exemple, je pourrais entrer en contact avec Book, qui a servi de modèle à toute mon approche, ou encore Luka, que je considère déjà comme l’un des plus all-arounds du monde ou encore Harden, qui est peut-être le meilleur scoreur de tous les temps au poste d’arrière. Et je les regardais faire leurs trucs, et je prenais des notes mentales. J’essayais de voir le jeu à travers d’autres perspectives.

Un peu comme nous tous lors de cette trêve de NBA, Tyler Herro s’est perdu dans les méandres du League Pass à la recherche inespérée de NBA. Mais apparemment, Tyler Herro a dû arrêter ses recherches aux années 2010. En effet, oser placer Harden, aussi fort et unique soit-il, comme meilleur scoreur à son poste lorsque certains Michael Jordan ou Kobe Bryant ont foulé les parquets NBA, relève là de la faute professionnelle. Est-ce que l’on pourrait mettre sur le compte de la jeunesse ? Assez difficile lorsque au même moment, le documentaire blockbuster « The Last Dance » égayait notre confinement. Entre insouciance et aveuglement, surement dû à la belle barbe de ce bon vieux James, Tyler Herro devrait profiter de son League Pass pour aller voir quelques highlights de Jordan ou Kobe. Simple conseil.

En tout cas, avec James Harden comme source d’inspiration technique, il est clair que Tyler Herro ne puisse que s’améliorer. Véritable symbole de cette polarisation de l’attaque en la sainte Trinité 3-points, raquette et lancer-francs, le Barbu reste néanmoins l’un des meilleurs scoreurs de l’histoire de ce jeu. Il n’y a aucun doute là-dessus.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités