Connect with us

Actualités

Les 5 joueurs à scruter cette année : ils ont tout pour réussir

Source photo : The Ringer

Enfin ! Ce soir, la NBA reprend ses droits avec deux très belles affiches.  Tout au long de la saison, les superstars seront scrutées, on suivra aussi les premiers pas des rookies, mais il faudra aussi s’attarder sur ceux qui peuvent vraiment s’imposer et briller dans leurs équipes. Focus sur ces outsiders qui ont gros à jouer.

Jaylen Brown :

  • Stats 2019/2020 : 20,3 points, 6,4 rebonds, 2,1 assists, 48,1% FG, 38,1% 3-pts
  • Playoffs : 21,4 points, 7,5 rebonds, 2,3 assists, 47,6 FG, 35,8 3pts

À Boston, le patron se nomme Jayson Tatum, récemment prolongé pour 195 millions de dollars sur cinq ans. Cependant, le succès des Celtes ne reposera pas uniquement sur ses épaules. À ses côtés, le franchise player pourra compter sur un lieutenant de luxe en la personne de Jaylen Brown. Le n°3 de la draft 2016 a parfaitement assumé ce rôle la saison passée. Avec 20,3 points à 48% aux tirs et 6,4 rebonds, il aurait très bien pu prétendre au titre de meilleure progression de l’année. Excellent défenseur, il s’est considérablement amélioré offensivement, et avec le départ de Gordon Hayward et la blessure de Kemba Walker il pourrait avoir davantage d’impact.

En tout cas, c’est ce qu’on a pu constater dans la bulle. En 24 matchs, Jaylen Brown inscrivait presque 22 points de moyenne à 36% à 3-pts. Car, effectivement, il est de plus en plus létal dans ce domaine, presque 40% en régulière en 6 tentatives. Avec Tatum, ils ont toutes les cartes en main pour amener la franchise au sommet à l’Est. Si JB continue sur sa lancée, il pourrait légitimement s’immiscer dans la discussion pour une place au All-Star Game.

Karl-Anthony Towns :

  • Stats 2019-2020 : 26.5 points, 10.8 rebonds, 4.4 assists, 1.2 blocks 50.8% FG, 41.2% 3-pts

C’est l’année ou jamais pour KAT, il doit confirmer son statut de All-Star durement acquis il y a deux ans et porter une bonne fois pour toute sa franchise sur ses épaules. Après une qualification en playoffs en 2018, la première en 16 années pour les Wolves, ils sont vite retombés dans leurs travers quand Jimmy Butler est parti à Philly, lassé du manque de ténacité de ses coéquipiers.

Statistiquement, Karl-Anthony est un monstre, ça ne fait aucun doute : 22,7 points, 11,8 rebonds, 2,8 passes et 1,5 blocks en cinq saisons dans la ligue. Les chiffres, c’est bien, ça fait beau, il doit désormais passer un cap et faire gagner son équipe. Bon après il faut pas oublier que la franchise a connu moultes rebondissements et que KAT en a chié avec la perte de sa mère et de sept autres membres de sa famille des suites de la COVID.

Les Wolves repartent presque de zéro avec le départ du décevant Andrew Wiggins et l’arrivée en conséquence de D’Angelo Russell, meilleur pote de Towns. Ensemble, ils peuvent créer une alchimie servant de base sur le long terme. Autour d’eux, des vétérans avec Rubio et Ed Davis, un nouveau 1er choix de draft (Edwards) et quelques talents à polir (Beasley, Okogie). Towns a un bon coup a jouer pour revenir en puissance.

Andrew Wiggins :

  • Stats 2019/2020 : 21.8 points, 5.1 rebonds, 3.7 assists, 44.7% FG, 33.2% 3-pts

Bah tiens quand on parle du « loup ». 1er choix de la draft 2015 et longtemps considéré comme le futur visage de la ligue, Andrew Wiggins n’a pas supporté la pression et n’a jamais atteint son plein potentiel. On l’attendait comme un freak, potentiellement l’un des meilleurs défenseurs à son poste, et bien, force est de constater qu’il est loin du compte.

Le canadien se retrouve désormais sous le soleil de Californie, à Golden State. Là-bas, il a une vraie chance de relancer sa carrière. On écrivait la même chose à l’annonce de son transfert et même s’il s’est montré timide pour ses 12 premiers matchs sous ses nouvelles couleurs, il peut réellement s’imposer comme le lieutenant de Steph Curry cette année.

Il doit encore trouver sa place dans le système prôné par Steve Kerr mais il en a les armes. Avec la désastreuse blessure de Klay Thompson, il aura davantage d’occasions. Wiggins est effectivement un phénomène athlétique et devra utiliser ces aptitudes exceptionnelles pour s’imposer défensivement, auquel cas, Draymond Green sera là pour lui rappeler les bonnes manières.

Fred VanVleet :

  • Stats 2019/2020 : 17.6 points, 3.8 rebonds, 6.6 assists, 41.3% FG, 39% 3-pts 
  • Playoffs : 19.6 points, 4.4 rebonds, 6.9 assists, 40.0% FG, 39.1% 3-pts

Il voulait du cash, et il l’a eu, reste désormais à assumer son contrat et le statut qui va avec. Principal free-agent, il est courtisé par plusieurs franchises dont les Knicks, mais Fred VanVleet décide finalement de prolonger pour 85 millions de dollars sur quatre ans à Toronto.

Non drafté, il a vécu une ascension fulgurante en trois saisons. D’abord champion de D-League en 2017, il s’immisce peu à peu dans la rotation de Nick Nurse. Excellent en play-offs l’année du titre des Raptors en tant que sixième homme, le meneur de 26 ans devient ensuite un titulaire indiscutable.

Avec un Kyle Lowry vieillissant, il va devoir prendre la relève et continuité sur sa belle saison 2019-2020. C’est en tout cas ce qu’attend Masaï Ujiri, qui voit en lui et Pascal Siakam le futur de la franchise. Les attentes placées autour de lui ne sont donc plus les mêmes, et avec les départs de Marc Gasol et Serge Ibaka il doit s’imposer comme un leader.

Carmelo Anthony :

  • Stats 2019/2020 : 15.4 points, 6.3 rebonds, 1.5 assists, 43% FG, 38.5 3-pts
  • Playoffs : 15.2 points, 5.0 rebonds, 2.0 assists, 41.2% FG, 42.1% 3-pts 

Enfin ! Enfin Carmelo Anthony a accepté de sortir du banc ! Après une traversée du désert, les Blazers lui ont tendu la main et Melo leur a bien rendu. Prolongé pour une saison, l’ancienne coqueluche du Madison Square Garden a tout à gagner en tant que sixième homme.

Son objectif sera de soulager la paire Lillard-McCollum. Il sera donc l’option offensive numéro 1 de la second-unit, et sur des séquences de 20/25 minutes il peut faire très, très mal aux défenses adverses. Pour le premier match de présaison face aux Kings, Anthony a démontré ce à quoi pourrait ressembler les dégâts de son entrée en jeu la plupart du temps : 21 points à 8/13 en 21 minutes.

Dans ce rôle, Melo peut vraiment s’épanouir tout en participant au succès des siens. Les Blazers se sont renforcés et peuvent légitimement prétendre à de grandes choses. Carmelo a dû ravaler sa fierté, mais c’est certainement la meilleure chose à faire s’il veut conclure sa carrière sur une happy-end. Puis merde, c’est Melo ! Profitons des derniers instants d’une légende !

BONUS – Nicolas Batum :

  • Stats 2019-2020 : 3.6 points, 4.5 rebonds, 3.0 assists, 34.6% FG, 28.6 3-pts 

Comment ne pas passer à côté de Nicolas Batum cette saison ? Après une belle première saison conclue à 15 points, 6,1 rebonds et 5,8 passes du côté des Hornets, il signe pour 120 millions en 2015. Malheureusement, son impact régresse, et il termine son aventure avec la pire saison de sa carrière pointant seulement à 3,6 points en 22 matchs.

Mais le voilà désormais à Los Angeles, chez les Clippers, où il a l’opportunité de se relancer. Il se retrouve dans une franchise candidate au titre et son profil peut parfaitement coller aux exigences de Tyronn Lue. Sa polyvalence et son profil two-way player vont sans aucun doute faire du bien et soulager le duo George/Kawhi. Il ne sera pas là pour mettre des points mais surtout pour faciliter le jeu par sa qualité de passe, que ce soit sur demi-terrain ou en transition. On espère de tout cœur que son aventure dans la Cité des Anges soit réussie.

Mais aussi : Lonzo Ball, DeMarcus Cousins, Malik Beasley, Michael Porter Jr, OG Anunoby, Malcolm Brogdon, Victor Oladipo, Jrue Holiday, Markelle Fultz.

Les tuiles commencent : Rui Hachimura va énormément manquer à Washington

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods





Suivez nous sur Instagram

Interview The Daily Dunk




More in Actualités