Kemba Walker veut montrer à tout le monde que Team USA est solide : "Nous avons faim".
*
Connect with us

Actualités

Kemba Walker veut montrer à tout le monde que Team USA est solide : « Nous avons faim ».

Source photo : Ethan Miller/Getty Images

Malgré l’absence de nombreuses stars NBA et l’avalanche de désistements de la part de joueurs sélectionnés, Team USA continue de bosser dur sous l’égide de coach Popovich. Kemba Walker et ses coéquipiers sont plus motivés que jamais par les nombreuses moqueries et critiques les concernant !

L’atmosphère entourant Team USA cette année est plutôt spéciale. Les absences annoncées (LeBron James, Stephen Curry, Kyrie Irving, Anthony Davis…) et les refus de dernière minute (Kyle Lowry, De’Aaron Fox, PJ Tucker durant cette dernière semaine de préparation) ont été très (trop ?) nombreux et provoquent de nombreux débats. En l’absence de la plupart du gratin de la NBA, beaucoup sont ceux à complètement dénigrer la qualité de la sélection US. Des surnoms tels que « Worst USA team ever, USA D team » sont répétés en boucle et sont même arrivés jusqu’aux oreilles des joueurs présents au camp d’entraînement de la sélection. Ces derniers ne voient pas du tout la chose de la sorte et, comme l’explique Kemba Walker, -l’un voire LE potentiel leader de cette jeune délégation-, lui et ses coéquipiers prennent même ces insultes comme une source de motivation à utiliser pour performer et donc faire fermer des bouches au pays et dans le monde entier :

«  Nous les (les nombreuses critiques) prenons définitivement comme une motivation. »

Le néo-meneur des Celtics continue en expliquant : « Il ne fait aucun doute [que les critiques nous motivent]. Nous avons faim. Nous avons faim. Nous ne faisons pas attention à tous ces bruits. Nous passons un moment extraordinaire ensemble et nous allons essayer de remporter une médaille d’or. C’est tout.» Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette jeune et talentueuse équipe n’a qu’une envie : montrer de quoi elle est capable et tout faire pour remplir leur mission : remporter cette Coupe du Monde 2019. Le meneur de 29 ans a terminé son allocution aux médias en confirmant que ce statut ne dérangeait pas le groupe : « Nous avons un groupe de gars qui ne voient pas d’inconvénient à être des outsiders. Peu importe qui pense que nous sommes les pires, nous allons l’accepter. Tout va bien. »

Il est vrai que, pour l’instant, la pression ne semble pas dévorer un groupe s’affichant plutôt serein et confiant. Pour preuve, Team USA a remporté son premier match de préparation 90 à 81 face à une Espagne quasi au complet. Le tout avant deux matchs tests contre l’Australie (jeudi et samedi), pour continuer de rassurer les fans et pour se préparer au mieux pour le premier tour du tournoi. Les Américains débuteront le 1er septembre face à la République Tchèque, puis enchaîneront le 3 face à la Turquie avant de faire face au Japon de Rui Hachimura le 5. En attendant, le groupe de 13 joueurs continue de s’entraîner sous les yeux d’un Gregg Popovich qui doit encore choisir quel joueur couper avant la date butoir, une tâche pas facile mais bien obligatoire.

Pour rappel, voici la liste des treize joueurs participant actuellement au stage en Australie :

Arrières : Jaylen Brown-Joe Harris-Donovan Mitchell-Marcus Smart-Kemba Walker-Derrick White

Ailiers : Harrison Barnes-Kyle Kuzma-Khris Middleton-Jayson Tatum

Intérieurs : Brook Lopez-Myles Turner-Mason Plumlee

Attention à ne pas sous-estimer cette « équipe D » des États-Unis, très versatile, polyvalente et jeune. Les joueurs présents sont prêts à défendre les couleurs de leurs drapeaux et sont sans doute armés du fameux esprit patriotique américain… une arme qui pourrait se révéler fatale aux autres concurrents.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews




L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités