*
Connect with us

Actualités

Hall of fame : Rudy Tomjanovich, l’autre grand nom de la classe 2020

source image: NBA.com

Connu pour son Coaching défensif, Rudy T. fut aussi un des ailiers les plus talentueux de sa génération. Son intronisation au Hall Of Fame est une bonne occasion de se souvenir du n°45 de Houston.

Choisi par les San Diego Rockets en deuxième position de la draft 1970, c’est dans une NBA à l’image désastreuse que Rudy va se faire un nom, avec le numéro 45. L’ailier produit une année rookie peu convaincante et laisse le doute planer sur son avenir en NBA. Lors de sa saison sophomore marquée par le déménagement des Rockets à Houston, il sera cependant titulaire aux côtés de Calvin Murphy et Elvin Hayes. Durant cette campagne, Rudy va se montrer à la hauteur en marquant 16 points en 33 minutes. Mais sa carrière de joueur prend une autre tournure lors de sa quatrième saison. Elvin Hayes transféré par les Rockets, Rudy délivre sa meilleure saison à 24 points 9 rebonds et 3 passes décisives. Logiquement All-Star, Houston sera hélas trop court pour accrocher les playoffs. Il sera All-Star pendant trois saisons consécutives. Cependant il faudra attendre la saison 1974-1975 pour voir Rudy Tomjanovitch après mi-avril. Durant ces playoffs les Rockets vont chuter face au Celtics (et oui dans cette NBA parallèle, Houston se situait à l’est). Deux ans plus tard, les texans iront en finale de conférence face aux Sixers mais DR. J et Daryl Dawkins n’avaient laissé aucune chance aux fusées, Houston s’était donc incliné 4-1.

En plus d’être un joueur au-dessus du lot, Rudolph Tomjanovich de son nom complet a eu la réputation du coéquipier idéal. En décembre 1977, en voulant séparer KAJ et Kevin Kunnert, l’ailier se fait frapper en plein visage par Kermit Washington qui lui administre ce qui semble être le coup de poing le plus violent de l’histoire de NBA. Frappé en plein fouet, Rudy va tout de même se relever le nez en sang. Autour de lui tout le monde s’était arrêté de se quereller et restait bouche bée devant la gravité de la situation. Rudy subira plusieurs opérations à la joue et au nez. Cet épisode tragique a été synonyme de fin de saison pour le Rocket. Des mesures ont aussi été prises par la NBA pour que ce genre d’événement ne se reproduise pas. Kermit Washington, l’auteur du geste avait écopé de 10 000 $ d’amende et de 26 matchs de suspension, ce qui à l’époque était la plus lourde sanction jamais infligée.

Cependant, un coup de poing ne fut pas assez pour stopper la machine offensive des Rockets, remis sur pied, il retourna au match des étoiles la saison suivante sans atteindre les playoffs pour autant. Il termina sa carrière dans les bas fonds de la NBA avec une équipe de Houston calamiteuse à l’orée des années 80. Son maillot n°45 flotte aujourd’hui au plafond du Toyota Center à coté de celui de son ami Hakeem Olajuwon.

Champion olympique et NBA en tant que coach, Rudy T s’était d’abord crée une légende en tant qu’ailier, durant ses 11 ans de carrière, il a tourné à 17 points et  8 rebonds à 50% au tir. Puis reviendra en tant que coach avec le légende « ne jamais sous-estimer » le cœur d’un champion.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités