*
Connect with us

Actualités

Draymond Green réfute le rapprochement avec la période « We Believe » : trois titres et Stephen Curry, c’est vrai que ça fait la différence !

Source de l'image : capture d'écran Youtube.

Les Warriors se remettent à gagner cette saison, et ce retour en grâce plaît à Draymond Green. L’homme à tout faire des Californiens a pris la parole après la rencontre pour donner son avis sur le rapprochement fait entre cette version 2021 des Warriors et les fameux « We Believe » de 2007. Une belle erreur selon lui !

Draymond Green a encore frappé. Les Warriors face l’ont emporté 122 à 116 face aux Suns la nuit dernière. Un succès capital dans la course au meilleur positionnement possible à l’Ouest avant le play-in. L’intérieur étant l’une des figures de la très belle dernière décennie de la franchise de la Baie a réalisé un nouveau triple-double digne du facilitateur du jeu qu’il est (11 points, 10 rebonds et 11 passes, ainsi que 4 interceptions) puis enchaîné avec une nouvelle masterclass en conférence de presse.

Interrogé par les médias à propos du lien fait avec insistance entre l’équipe actuelle des Warriors, huitième de la conférence Ouest (avec un bilan de 37 victoires et 33 défaites) et celle de la saison 2006-2007, les inattendus « We Believe », le patron défensif de Golden State n’a pas trouvé le rapprochement adéquat. Notamment l’occasion de rappeler à quel point Stephen Curry peut faire la différence dans une équipe  :

« J’adore cette équipe des « We Believe ». Ils ont eu leur période et nous avons eu la nôtre. L’époque des « We Believe » est révolue. Il n’y aucun irrespect envers ce qu’ils ont fait, ce qui est incroyable, mais nous ne sommes pas des « We Believe 2.0 ». On a remporté trois titres (en 2015, 2017 et 2018, NDLR). On a ce put**n de Stephen Curry ».

La réponse est claire : comme il l’a dit lui même, il n’y a aucune forme d’irrespect envers ses glorieux prédécesseurs, mais on ne compare pas une F1 et un karting comme diraient certains. On comprend bien les différences pointées par Green, rappelant qu’une partie des joueurs évoluant sous les ordres de Steve Kerr ont remporté trois titres et disputé cinq finales NBA entre 2015 et 2019, bien plus que ces « We Believe » n’ayant finalement eu qu’un large impact émotionnel sur la NBA. Vainqueurs 4-2 des Mavericks, leaders à l’Ouest cette année-là, puis tombés face au Jazz au deuxième tour des playoffs (1-4), les anciens ne réussiront pas à enchaîner après cette parenthèse enchantée. En revanche, on peut également voir quelques similitudes avec la saison 2020-2021 de Steph Curry et sa bande. Leur huitième place actuelle va en effet les obliger à revenir dans la peau du chasseur et non du chassé comme ils l’ont longtemps été. Un rôle qui plait bien au bon Draymond comme il l’a avoué lors de cette même conférence de presse. Préparez les popcorns messieurs dames, le programme s’annonce très alléchant !

On l’a bien compris, Draymond Green ne goûte guère aux rapprochements un peu trop faciles. Néanmoins, si les Warriors version 2021 pouvaient s’inspirer du parcours du rosier « We Believe » de 2007 en réussissant à se qualifier pour les playoffs via le play-in, puis en allant s’offrir l’une des têtes d’affiche de l’Ouest, personne ne s’en plaindrait dans la Baie. Allez, pour le plaisir, on vous laisse profiter de quelques images de cette saison si spéciale réalisée par Baron Davis, Jason Richardson, Monta Ellis et compagnie !

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités