*
Connect with us

Actualités

Dallas repart de Los Angeles avec une deuxième victoire : préparez-vous, les punchlines sur les Clippers sont de retour

On attendait la réaction des Clippers après la défaite du game 1. Des Clippers avec le couteau entre les dents, prêts à en découdre pour revenir à hauteur des Mavs. Résultat, nouvelle démonstration de Dallas et très grosse inquiétude du côté de la Californie.

Le match démarre sur les chapeaux de roue offensivement. Les deux formations alignées enchainent les 3 points, les drives, sans vraiment être défendues. Les deux défenses sont plus que laxistes, les shoots sont ouverts, la protection de la raquette est… moyenne. L’adage « No easy basket » qui revient souvent en playoffs n’était clairement pas dans la tête des deux équipes. En même temps, avec un Ivica Zubac peu concerné et mou et un Kristaps Porzingis pas vraiment connu pour ses qualités de harcèlement de l’attaquant, on pouvait s’y attendre. Les stars prennent aussi leurs responsabilités des deux côtés. Kawhi Leonard est beaucoup trop fort et facile. 18 points dans le premier quart, 30 à la mi-temps, avec un shoot à mi-distance toujours aussi parfait. Paul George l’accompagne plutôt bien, dans un registre presque exclusif de slasher mais efficace. Pour les Mavs, Luka Doncic s’occupe de tout, a une maîtrise totale du jeu et du rythme, et permet à tout le monde de trouver ses spots. Maxi Kleber, Dorian FInney-Smith et Tim Hardaway se régalent. Les deux teams terminent la mi-temps sur un léger avantage pour les Clippers, 73-71, avec une réussite insolente. 67 % au tir pour Dallas et 63 % pour Los Angeles.

La deuxième mi-temps suivra la même tendance, mais avec quelques variations. Kawhi Leonard commence à manquer des petites choses, les Clippers ne vivent que sur leurs individualités et le jeu collectif est inexistant. Marcus Morris et Ivica Zubac ont un impact négatif sur le système des Clippers, même si système est un bien grand mot pour définir la bouillie collective des joueurs de Tyronn Lue. En face, Dallas réussit un run qui leur permet de prendre une dizaine de points d’avance. Le manque d’agressivité de Los Angeles en défense commence à devenir affolant pour une affiche de playoffs (pas de fautes en 7 minutes !). Et c’est en entrant dans le 4ème que commence le show Tyronn Lue au coaching. Suspect depuis le début de match, en utilisant très peu un Serge Ibaka ou un Nicolas Batum pourtant très efficaces, le coaching de l’ancien coach des Cavs dépasse nos attentes. Il aligne pendant de longues minutes un 5 avec Rajon Rondo – Terrence Mann (un des seuls joueurs motivés) – Paul George – Marcus Morris – Kawhi Leonard. Le problème de ce 5 est qu’il n’y a pas d’intérieurs. Et quand en face Rick Carlisle décide de jouer avec Maxi Kleber et surtout Kristaps Porzingis, les Clippers sont systématiquement punis par le letton, trop grand pour les défenseurs angelinos. Un choix incompréhensible couplé à un playbook sûrement perdu avant le match, car le nombre d’idées offensives collectives de Los Angeles se comptent sur les doigts d’une main.

Malgré tout, Los Angeles revient miraculeusement à 5 points des Mavs à 5 minutes de la fin, grâce à un run de 8-0 conclu par deux paniers à 3 points de Marcus Morris. Cela sera bien insuffisant pour vaincre une équipe de Dallas en mission. Luka Doncic domine toujours autant, même sans scorer (il finira tout de même avec 39 points), et il est parfaitement épaulé par le vrai second meilleur joueur de Dallas, Tim Hardaway Jr. L’ancien des Knicks plante 28 points sur le match, avec notamment le 3 points qui tue à 1 minute de la fin. Les Clippers tenteront tout pour revenir, mais même les 41 points de Kawhi Leonard ne suffiront pas, et les Mavs finiront le travail sur la ligne des lancers francs pour aller chercher leur deuxième victoire à l’extérieur, 127-121.

Personne ne s’y attendait, mais ce sont bien les Dallas Mavericks qui mènent 2-0 au moment de retourner dans le Texas. Les Clippers nous refont le coup de l’an passé, encore une fois favoris, et encore une fois décevants. L’habitude commence à devenir presque lassante.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités