*
Connect with us

Actualités

Rudy Gobert sait qu’il devra toujours prouver : « Quand j’ai dit que j’irai en NBA, les gens me riaient au nez »

Crédits photo : Gene Sweeney Jr. - Getty Images

Les remplaçants au All-Star Game ont été annoncés hier sur TNT, et les français ont eu la chance de voir Rudy Gobert dans la liste des invités à l’Ouest. Et si la plupart ont accueilli la nouvelle de manière positive, certains n’ont que moyennement apprécié de voir le double DPOY en titre aller s’amuser avec les copains à Chicago. Mais l’intéressé s’en fiche, il y est arrivé, et c’est ce qu’il compte.

Le contraste avec l’année dernière est saisissant, quand on a vu un Rudy Gobert en larmes évoquer sa non-sélection au All-Star Game à Charlotte. Et cette année… bon ça va plutôt bien puisque Rudy a sa première étoile. Et en plus de brasser un peu plus (il a reçu un million bonus du Jazz pour le féliciter), cette sélection est l’aboutissement d’un processus lancé depuis son enfance, comme il l’a expliqué à ESPN.

« Quand j’étais petit, quand je disais que j’allais devenir joueur professionnel, les gens se moquaient de moi. Puis quand j’ai dit que j’allais aller en NBA, les gens se moquaient de moi. Pareil quand j’ai dit que j’allais être All-Star. »

La case NBA a été cochée ce soir de 2013 quand Denver le sélectionne en 27ème position avant de le larguer à Utah (on rappelle qu’ils ont fait la même chose avec Donovan Mitchell 4 ans après) dans la foulée. Six ans, deux titres de défenseur de l’année, 100 millions une villa pour la mama plus tard, c’est donc la deuxième case qui est cochée à son tour, celle du All-Star Game. Rudy Gobert pourra faire taire les rageux en 3 mots, juste en disant « Je suis All-Star. » Et le pivot de Cholet ne veut pas s’arrêter là.

« J’ai parcouru un long chemin. Lors de mon année rookie, je ne jouais pas du tout. Mais je savais que si je continuais à jouer dur chaque jour, je pourrais devenir un très bon joueur dans cette ligue. Mais je n’ai pas l’impression d’avoir effleuré la surface de ce que je peux être en tant que joueur. »

Rudy a faim, Rudy veut se battre, Rudy veut faire partie de ceux qui marquent l’histoire de Utah. En attendant, il va balancer du tomar avec son poto Mitchell en février, profite Gobzilla, celle-là, tu peux être sûr que tu l’as pas volé.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités