*
Connect with us

Actualités

Jelani Williams est un modèle de persévérance : après 3 ruptures du ligament croisé, l’arrière joue son premier match officiel en 1795 jours !

Après environ 5 années à soigner de multiples blessures au genou pour un retour sur un parquet officiel, l’arrière de l’université de Penn peut enfin démarrer une carrière NCAA qui avait pris bien trop de temps à démarrer.

Le sport réserve parfois des histoires qui inspirent et forcent l’admiration. Celle de Jelani Williams est l’une d’entre elles. Arrière originaire de Washington D.C., Jelani Williams évoluait encore en 2016 au lycée Sidwell Friends. Peu après s’être engagé avec l’université de Penn (Philadelphie), l’arrière se rompt le ligament croisé antérieur (LCA) gauche et commence, ce qu’il ne sait pas encore à ce moment, un vrai parcours du combattant. Lors d’un voyage en Italie l’année suivante, totalement rétabli, Jelani se rompt une nouvelle fois le LCA droit, cette fois-ci. Reparti dans une rééducation longue et fastidieuse, l’aspect psychologique prend forcément le pas sur le jeune sophomore. Pour ESPN, il raconte à quel point ses blessures ont impacté sa santé mentale.

Je ne veux pas que vous négligiez le côté mental du retour des blessures. Je pense que c’est essentiel. Je pense que la raison pour laquelle je continuais à me blesser était que je n’avais jamais géré l’aspect mental de ce que je vivais. Quand je me suis déchiré le ligament croisé antérieur la deuxième fois, j’étais vraiment dans une mauvaise position, mentalement. Mais de la façon dont j’étais câblé, j’essayais de projeter ce que je pensais que les autres voulaient voir de moi. Je n’étais pas honnête avec moi-même. Je pense que c’est littéralement la plus grande partie de mon histoire – j’ai finalement été capable de me regarder dans le miroir et de faire face à ce que je vivais mentalement et émotionnellement depuis si longtemps.

Pour un jeune étudiant plein de rêves et assoiffé de basket-ball, être tenu loin des parquets aussi longtemps se révèle être une expérience si éprouvante et existentielle. En effet, Jelani, comme beaucoup de jeunes, est né dans le basket-ball et a grandi avec. Se voir être retiré de ses mains le ballon orange peut être source d’angoisse et de dépression. Mis à part l’aspect mental, le jeune arrière était en train de repousser les limites de son corps. Est-ce que Williams devait continuer le basket-ball au détriment de sa santé ? Tout le dilemme résidait dans cette question. Malheureusement, son parcours du combattant ne s’est pas arrêté là. En mai 2019, l’histoire se répète et Jelani sent encore son genou droit le lâcher. Avec 3 ruptures du LCA en 3 années, Williams était au fond du trou. En décrochage scolaire une bonne partie de l’année 2019-2020, plus rien n’allait dans la vie de Williams. Accompagné d’une famille aimante et à l’écoute, Jelani n’a pas baissé les bras et sa vie a pris un tournant sur le plan psychologique et existentiel.

J’ai beaucoup de gratitude pour tout le soutien que j’avais et tout l’amour qui m’entourait. J’ai senti que je n’étais plus seul à traverser cette épreuve. Je me suis sentie mieux que jamais quand je suis revenue à l’école, à tous les niveaux : physique, mental, émotionnel et spirituel. Je me suis sentie dans un endroit complètement différent. C’était magnifique.

Remis sur pied et en pleine confiance à l’été 2020, Williams a du malheureusement prendre encore son mal en patience pour une saison entière. COVID oblige, l’Ivy League, conférence dans laquelle évolue l’université de Penn et d’autres universités privées, a été entièrement annulé pour l’exercice 2020-2021. Finalement, après 1789 jours, Jelani Williams a enfin pu rejouer dans un match officiel, face à Florida State. Quelle délivrance ! Quelques jours plus tard, l’arrière faisait sa première à domicile, inscrivant 7 points et délivrant 3 passes décisives. Libéré et en paix avec l’homme et le joueur qu’il est devenu, beaucoup lui posent souvent la même question : « Pourquoi ne pas avoir abandonné ? »

Beaucoup de gens me posent cette question. J’ai beaucoup appris. L’une des plus grandes leçons que j’en ai tirées est de ne pas faire attention aux limites des autres. Ce sont leurs limites. En ce qui me concerne, j’avais l’impression de savoir où je m’étais trompé lors de ces deux premières blessures au LCA et je voulais faire les choses correctement. Je voulais voir si je pouvais m’y mettre et le faire correctement. Et si ça marchait, ça marchait, et si ça ne marchait pas, ça m’allait très bien. Mais je savais que j’avais plus en moi.

Après 5 années à Penn, Williams sera diplômé en mai 2022 et sera encore éligibles pour jouer 2 saisons en NCAA. Cependant, l’Ivy League a des règles strictes et empêche les étudiants diplômés de jouer dans des championnats inter-universitaires. Jelani devra trouver refuge ailleurs. Avec une telle passion comme moteur, il ne fait aucun dote sur sa capacité à trouver un point de chute pour poursuivre une carrière qui ne demande qu’à démarrer.

Jelani Williams est l’exemple type de la persévérance et du courage. Même après 5 années tenu loin des parquets, le jeune universitaire de 23 ans n’a jamais lâché, malgré les réticences de tous les sceptiques. On a plus qu’à tirer notre chapeau et souhaiter la plus longue et belle carrière à Jelani.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nouvelle superstar d’ESPN, l’histoire incroyable de Malika Andrews

L’incident d’une vie : Marcus Smart a failli se faire fumer par un gangster des Bloods

More in Actualités